Mots-clefs

1 3

1964 Aston Martin DB5. Estimate €550.000 – €700.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

Chassis no. DB5/1741/L – Engine no. 400/1737

282 bhp, 3,995 cc DOHC inline six-cylinder engine with triple SU carburettors, five-speed manual transmission, front wishbone suspension with coil springs, shock absorbers, and an anti-roll bar, live rear axle with coil spring and shock absorbers, and all-wheel disc brakes. Wheelbase: 2,490 mm.

  • Matching-numbers example; only three owners from new
  • Original documentation included; parts catalogue and instruction book
  • Rare factory left-hand drive model, one of fewer than 35 built with factory air-conditioning

The Aston Martin DB5, considered by many to be “the most famous car in the world”, rose to prominence in the 1964 James Bond movie Goldfinger. Following on the heels of the highly successful DB4, the DB5 is largely thought to be the most desirable of the David Brown Aston Martins.

Although the development of the DB5 engine had been in the works for years, it was not until the end of 1962 that approval for the project was given. Cosmetically, the differences between the Series V DB4 and the DB5 are few, as the DB5 maintained the Superleggera body that the DB4 made famous. Visible changes consisted mostly of tinted Triplex Sundym electric windows, twin petrol filler caps, and a DB5 insignia on the boot lid. However, the new Aston Martin was a wholly different car under the bonnet.

The DB5 came equipped with the smoother four-litre engine that had first been used in the Lagonda Rapide. In addition, it included triple carburettors as standard, and a five-speed manual gearbox was fitted after the initial 89-car run. The DB4 braking system was upgraded to include a tandem master cylinder and Girling brake discs, and there was an option to upgrade to a suspension damper control system. An oil cooler was fitted, as was an alternator and twice the number of silencers. The tool kit included a hydraulic jack for the first time, while the dash featured a new hand brake warning light. The new engine wielded an additional 45 horsepower, despite a modest increase in weight over its predecessor.

The interior of the DB5 was also overhauled. The previously mentioned tinted electric windows were just one of the amenities that Aston Martin included in the new model. Air conditioning was a desirable option, and new Restall-Keiper seats were installed. These seats were adjustable and hinged forward, giving easier access to the rear seats. Like all Aston Martins, the interior was trimmed in all leather with plush wool-pile carpeting. Unlike models of earlier decades, this Aston had been designed for luxury touring, not for motorsport, and the comfort of the interior demonstrated this change.

Production started in October 1963, but it was not until 1964 when sales began to take off. Of course, this was the year that Goldfinger was released. Although Ian Fleming’s book featured the then contemporary DB Mk III, the producers wanted the more modern DB5 to be the star of the film. Initially, the company did not want to be associated with the film franchise but was eventually won over.

The new Bond movie and DB5 were so popular that Aston Martin made a profit for the first time in years. Sales figures increased, and Dudley Gersham, then the service manager, is quoted as having said, “If we had been able to produce fifty DB5s per week, we would have sold them”. Even the Royal Family was in on the excitement; the Queen and the Duke of Edinburgh visited the Newport Pagnell factory to receive a miniature James Bond DB5 for Prince Andrew, complete with working gadgets.

The DB5 offered here is a rare factory left-hand-drive example that still retains its original engine. The build sheet dates the car back to 1964, when it was built for S.A. Alton in Madrid. The non-standard equipment included Normalair air conditioning, an engine breather valve scheme, the chrome wheel option with Dunlop whitewall tyres, a Marchal headlamp with yellow bulbs, and a km/h speedometer. The Spanish traffic permit certification issued by the corresponding Ministry of Industry is dated 14 November 1964, and the DB5 was road-registered to its first owner in January 1965.

The car next appeared in Tenerife in 1984 and underwent a full restoration by Aston Martin specialists Richard Stewart Williams Ltd. in London. The restoration included a full 10,000-mile service; a complete service of the engine, carburettors, brake system, and shock absorbers; and the replacement of new parts, where needed. In addition, a modern radio was installed, and the interior was replaced. The factory air conditioning remains, as do the whitewalled tyres, including a spare. The restoration included new paintwork in dark blue, which was changed from the original colour of Dubonnet Red. The interior is true to the original light-coloured leather seating with beige headlining, whilst the carpet is done in dark grey. Included with the car is the parts catalogue and DB5 instruction manual, along with the service records and Spanish documentation.

Since the restoration in 1988, the car has had one owner, the third since new, and it has been driven less than 11,000 kilometres. More recently, it passed the Spanish ITV (Inspection Technical Vehicular) on 21 October 2014. It continues to drive beautifully, with a ready start and a smooth idle, and the gear change is smooth and easy, with nice acceleration and effective braking. The DB5 was built and designed for an international spy, and it is truly a driver’s car.

The DB5 has become a timeless icon, and it continues to capture the imagination of car lovers everywhere, as it has appeared in four more Bond films, including the most recent Skyfall (2010). Who would not want to own and drive the most famous car in the world?

2

1964 Aston Martin DB5. Estimate €550.000 – €700.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

Chassis no. DB5/1741/L – Engine no. 400/1737

Moteur six-cylindres en ligne, 3 995 cm3, 282 ch, 2 ACT, trois SU carburateurs, boîte manuelle cinq rapports, suspension avant par triangles et ressorts hélicoïdaux, amortisseurs et barre antiroulis, essieu arrière rigide avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs, freins à disques sur les quatre roues. Empattement: 2 490 mm

• Numéros concordants (matching numbers) ; trois propriétaires seulement
• Documentation d’origine ; catalogue de pièces et manuel d’utilisation
• Rare conduite à gauche d’origine, fait partie des 35 exemplaires produits avec un système d’air conditionné

Souvent considérée comme « la voiture la plus célèbre du monde », l’Aston Martin DB5 a gagné en 1964 ses lettre de noblesse dans le film de James Bond, Goldfinger. Évolution de l’excellente DB4, la DB5 est une des plus désirables des Aston Martin de David Brown.

Bien que le développement du moteur de la DB5 ait été un travail de longue haleine, ce n’est qu’à la fin de l’année 1962 que le projet recevait son feu vert. Extérieurement, les différences entre la DB4 Série V et la DB5 sont peu nombreuses, la DB5 conservant la carrosserie Superleggera que la DB4 avait rendu célèbre. Les modifications les plus visibles concernaient des vitres électriques teintées en Triplex Sundym, deux bouchons de remplissage d’essence et un insigne DB5 sur le couvercle de coffre. Toutefois, sous le capot, la nouvelle Aston Martin était profondément différente.

La DB5 était équipée du moteur 4 litres, plus souple, d’abord utilisé sur la Lagonda Rapide. Il recevait en série trois carburateurs et, après les 89 premiers exemplaires, la boîte de vitesses passait à cinq rapports. Le système de freins de la DB4 était amélioré avec un maître-cylindre en tandem et des disques Girling, avec une option permettant d’améliorer l’amortissement de la suspension. La voiture était dotée d’un radiateur d’huile, d’un alternateur et d’un système d’échappement plus étoffé. La trousse à outils comportait pour la première fois un cric hydraulique, et un témoin de frein à main apparaissait au tableau de bord. Avec une légère augmentation de poids par rapport à celui de sa devancière, le nouveau moteur développait 45 ch de plus.

L’intérieur de la DB5 avait été lui aussi revu. Les vitres teintées mentionnées plus haut n’étaient qu’une des améliorations apportées au nouveau modèle. L’air conditionné faisait partie des options enviables et de nouveaux sièges Restall-Keiper faisaient leur apparition. Ils étaient réglables et pouvaient s’incliner vers l’avant pour faciliter l’accès aux places arrière. Comme dans toutes les Aston Martin, l’intérieur recevait une sellerie au cuir généreux et une moquette épaisse. Contrairement à certains modèles des générations précédentes, cette Aston Martin avait été conçue pour voyager sereinement, plutôt que pour le sport automobile, comme en témoignaient le confort et le luxe de l’habitacle.

La production démarrait en octobre 1963, mais ce n’est qu’en 1964 que les ventes ont commencé à décoller. Cela correspondait bien sûr à l’année de sortie de Goldfinger. Bien que le livre de Ian Flemming ait fait état d’une DB MkIII, contemporaine à l’époque de sa rédaction, les producteurs du film souhaitaient que la star du film soit le dernier modèle d’Aston Martin.

Le nouveau James Bond et la DB5 ont rencontré un tel succès qu’Aston Martin a, pour la première fois depuis bien longtemps, réalisé une année bénéficiaire. Les chiffres de vente ont augmenté et Dudley Gersham, alors directeur de l’après-vente, aurait affirmé, « Si nous avions pu produire 50 DB5 par semaine, nous les aurions écoulées ». Même la famille royale a montré son enthousiasme ; la reine et le duc d’Edinburgh ont rendu visite à l’usine de Newport Pagnell et le prince Andrew s’est vu remettre en cadeau une miniature de la DB5 de James Bond, avec tous ses gadgets.

La DB5 que nous proposons est un rare exemplaire à conduite à gauche d’origine, et il est encore équipé de son moteur d’origine. Les registres de fabrication datent la voiture de 1964, lorsqu’elle est sortie d’usine pour S.A Alton, à Madrid. Elle comportait plusieurs options dont un système d’air conditionné Normalair, un reniflard spécial, l’option jantes chromées avec pneus Dunlop à flancs blancs, des phares Marchal à ampoules jaunes et un compteur de vitesses gradué en km/h. Le permis de circulation espagnol délivré par le ministère de l’Industrie est daté du 14 novembre 1964 et la DB5 recevait sa première immatriculation en janvier 1965.

Elle est réapparue plus tard à Tenerife en 1984, pour bénéficier d’une restauration complète par Richard Stewart Williams Ltd, spécialiste Aston Martin à Londres. Les travaux ont inclus une révision complète du moteur, des carburateurs, du système de freinage, des amortisseurs, avec remplacement par des pièces neuves quand c’était nécessaire. Par ailleurs, la voiture recevait un autoradio moderne et l’intérieur faisait l’objet d’une réfection. L’air conditionné d’origine était conservé, de même que les pneus à flancs blancs, y compris la roue de secours. A l’issue de la restauration, la voiture a reçu une peinture bleu foncé, au lieu du rouge Dubonnet d’origine. L’intérieur est fidèle à la configuration d’origine avec un cuir clair à passepoils beiges et une moquette gris foncé. La voiture est accompagnée du catalogue de pièces détachées et du manuel d’utilisation DB5, ainsi que des archives d’entretien et de documentation espagnole.

Depuis cette restauration réalisée en 1988, la voiture n’a connu qu’un seul propriétaire, le troisième depuis l’origine, et a couvert moins de 11 000 km. Plus récemment, le 21 octobre 2014, elle a passé l’ITV (contrôle technique) espagnol. Elle se comporte encore magnifiquement bien, démarrant au quart de tour et tenant bien le ralenti ; le passage des vitesses est doux et facile, l’accélération vigoureuse et le freinage efficace. Conçue et fabriquée comme telle, cette DB5, parfaite pour un espion international, est une vrai machine de Grand Tourisme.

Toujours fascinante pour les passionnés d’automobiles, présente dans quatre autres films de James Bond dont le récent Skyfall (2010), la DB5 est devenue une icône intemporelle. Qui ne souhaiterait pas posséder et se mettre au volant de une des voitures les plus célèbres du monde?

4 5

1964 Aston Martin DB5. Estimate €550.000 – €700.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

RM Auctions. Paris. Wednesday, February 4, 2015

Publicités