Mots-clefs

,

1

1955 Bentley R-Type Continental Sports Saloon by Franay. Estimate €660.000 – €720.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

178 bhp (33.7 hp RAC), 4,887 cc OHV inline six-cylinder engine with two 2-inch SU carburettors, four-speed manual gearbox with a floor-mounted gear shift, independent front suspension with open helical springs in combination with hydraulic shock dampers, semi-elliptic rear suspension with controllable hydraulic shock dampers, and four-wheel hydraulic brakes. Wheelbase: 3,048 mm.

  • Unique Franay coachwork
  • Desirable example with lightweight bucket seats and a manual gear shift
  • Original body, engine, and gearbox
  • Extensive documentation and known ownership from new

The R-Type Continental may have been born in Great Britain, but it was in France where it learned to stretch its legs. Specifically, one looks to the “French Indianapolis”, the banked oval of L’autodrome de Linas-Montlhéry for proof.

It was here, in September 1951, that a Continental prototype ventured. It evolved from the standard R-Type and featured modified carburetion and manifolding for more power, tall gearing and close gearbox ratios, and, most importantly, lightened bodywork, with more than 225 kilograms shaved off the standard Bentley. Typical of Bentley in this era, the modifications were performed with a light touch, but they worked. Running with all its heart and soul at Montlhéry, the Continental achieved 192 km/h, which is two miles a minute. It was, as its makers would boast, the fastest production four-seater in the world.

Some 30 kilometres from Montlhéry, in the City of Light along the Seine, renowned coachbuilder Marius Franay took notice. On its own, the Continental would have grace, space, and pace, as another British manufacturer put it, but with Franay’s input, it had outright sex appeal. Only five Continental chassis would be bodied in France, and Marius Franay’s touch was found on every one of them.

CHASSIS NUMBER BC21D

Chassis number BC21D was the third of the five Franay-bodied R-Type Continentals, and it is the only example to wear this unique coachwork, which would evolve into a full notchback on the final Franay-bodied example. According to the car’s entry in the Bentley Register: Continental Sports Saloon on page 157, it was actually ordered with early-style curved bumpers without overriders and “lightweight” seats that had been supplied by London coachbuilder H.J. Mulliner, and it was delivered to Franay with the chassis. One can assume that the original owner, Charles Perroud, enjoyed certain Mulliner styling features but insisted upon having a body built in his home country.

In any case, Monsieur Perroud certainly had his own ideas. Assuring him of robust driving, he specified four high-frequency horns rather than the usual two, and the steering column was shortened an inch from standard, presumably to suit his build. He faced a dashboard with a built-in heater, a Motorola radio, and a speedometer reading in km/h, whilst the road ahead was lit by French-type headlights and dual fog lamps. These features are documented in copies of original factory documentation which had been acquired from the Rolls-Royce Enthusiasts Club and is on file with the car.

The car has been a happy resident in England since 1964, when it was acquired by Captain P. Arnison-Newgass and registered as BLN 38N. The captain would later take the car to Switzerland and then South Africa, presumably due to his station changes, before selling the car in 1970. The car would pass through several custodians (all of which are noted on file) before being offered for sale in 1990. In 1995, the car would pass to Tom Solley, who had the car completely restored over a three-year period by Alpine Eagle. Solley would complete approximately 15,000 miles in this R-Type before selling it to the current owner. Since acquiring this Bentley, the consignor has had the car regularly maintained by Alpine Eagle to ensure it remains in fantastic running condition. He has also taken the R-Type on several major touring events, with the last being the Bentley Drivers Club tour of India.

Today, the car remains in superb condition and only shows slight signs of wear since the extensive restoration. It is the perfect car for the Bentley enthusiast who loves to drive, as assured by a recent road test, with the driver reporting the experience as being “simply breathtaking. The car ran straight, steered precisely, and most impressive of all was the tremendous power in reserve: ‘completely linear and progressive’. You touch the accelerator, and before you know it, you are well over the legal limit”. The driver also indicated that the seats are exceptionally comfortable and visibility excellent, and the discreetly fitted aftermarket air conditioning ensures comfort for the driver and passengers in any weather.

The R-Type Continental offers a wonderful combination of smooth and powerful no-nonsense performance, a hot-knife-through-butter gearbox, and responsive handling. The result is a car that is as pleasant to drive as it is to view. It is a true luxury sports car that is superbly finished and is, to this day, the most readily identifiable and beloved of the whole Continental series. Simply put, it is the model that every enthusiast wants to own and drive. The example offered here, by virtue of its wonderful, unique coachwork, well-known history, and fresh presentation, is a stellar opportunity to tour the continent in a special Continental.

2 3

1955 Bentley R-Type Continental Sports Saloon by Franay. Estimate €660.000 – €720.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

Moteur six-cylindres en ligne, 4 887 cm3, 178 ch, soupapes en tête, deux carburateurs SU 2 pouces, boîte manuelle quatre rapports avec levier au plancher, suspension avant indépendante avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques, suspension arrière à ressorts semi-elliptiques et amortisseurs hydrauliques réglables, freins hydrauliques sur les quatre roues. Empattement: 3 048 mm

• Carrosserie Franay unique
• Exemplaire désirable doté de sièges baquet sport et d’une boîte manuelle
• Carrosserie, moteur et boîte de vitesses d’origine
• Documentation importante et propriétaires connus depuis l’origine

La Bentley Type R Continental est certes née en Angleterre, mais c’est en France qu’elle a appris à atteindre des performances élevées. En particulier sur « l’Indianapolis français », le fameux ovale à virages relevés de l’Autodrome de Linas-Montlhéry.

C’est là, en septembre 1951, que s’est rendu un prototype de Continental. Dérivé de la Type R, il comportait une carburation et des collecteurs différents permettant une augmentation de puissance, un rapport de pont plus long et une boîte à rapports rapprochés. Et surtout, la carrosserie était allégée, pesant 225 kg de moins que la version standard. Typique de Bentley à cette époque, les modifications étaient effectuées avec réserve, mais elles se sont montrées efficaces. Sur le circuit de Montlhéry, la Continental atteignait 192 km/h, soit plus de 3 km couverts en une minute. C’était, comme le soulignera ensuite le constructeur, la quatre-places la plus rapide du monde.

A quelque 30 km de Montlhéry, dans la Ville Lumière, le long de la Seine, le fameux carrossier Marius Franay ne restait pas indifférent à ces performances. La Bentley Continental, comme l’a indiqué un autre constructeur britannique, avait pour elle grace, space, and pace [l’élégance, l’espace intérieur et les performances] mais, avec la collaboration de Franay, elle présentait en plus une irrésistible séduction. Seuls cinq châssis Continental ont été produits en France, et la signature de Marius Franay était décelable sur chacune de ces voitures.

CHÀSSIS N° BC21D

Le châssis n° BC21D est le troisième des cinq châssis Type R Continental carrossés par Franay, et le seul à être équipé de cette carrosserie unique, qui va évoluer sur le dernier exemplaire Franay vers une forme sur laquelle le coffre est particulièrement prononcé. D’après l’inscription concernant cette voiture dans le Bentley Register : Continental Sports Saloon, page 157, elle a été commandée avec des pare-chocs classiques sans butoirs, et des sièges « sport » fournis par le carrossier londonien H.J. Mulliner et livrés à Franay avec le châssis. On peut supposer que le premier propriétaire, Charles Perroud, appréciait certains aménagements de Mulliner, tout en souhaitant que la carrosserie soit produite dans son propre pays.

Quoi qu’il en soit, M. Perroud avait des idées très arrêtées. Conduisant probablement de façon assez énergique, il avait commandé un avertisseur à quatre tons au lieu des deux habituels, et la colonne de direction était plus courte de 2,5 cm que celle de la version standard, probablement pour correspondre à son gabarit. Le tableau de bord comportait la commande du chauffage intégré, un autoradio Motorola et un compteur de vitesses en km/h, alors que la route était éclairée par des phares et antibrouillards français. Ces équipements sont documentés dans les copies des archives d’usine originales, acquises auprès du Rolls-Royce Enthusiasts Club et intégrées au dossier de la voiture.

Cette voiture est rentée en Angleterre en 1964, quand elle a été achetée par le capitaine P. Arnison-Newgass et immatriculée BLN 38N. Par la suite, le capitaine a emmené la voiture en Suisse, puis en Afrique du Sud, probablement pour l’accompagner dans ses affectations, avant de s’en séparer en 1970. La Bentley a connu ensuite plusieurs propriétaires (inscrits au dossier) avant d’être proposée à la vente en 1990. En 1995, Tom Solley en faisait l’acquisition et la confiait à Alpine Eagle pour une restauration complète sur une période de trois ans. Solley parcourait ensuite près de 25 000 km, avant de céder cette Type R à son actuel propriétaire. Depuis qu’il a acheté cette Bentley, celui-ci en a assuré l’entretien régulier chez Alpine Eagle, de façon à ce qu’elle soit toujours en excellent état de fonctionnement. Il a d’ailleurs utilisé cette voiture pour plusieurs événements importants, le dernier étant le Tour of India du Bentley Drivers Club.

Aujourd’hui, cette Continental R se présente en superbe état et ne montre que de discrets signes d’usure depuis sa restauration. Il s’agit d’une voiture idéale pour un amateur de Bentley aimant prendre le volant ; en effet, lors d’un essai récent, le conducteur s’enthousiasmait ainsi « une voiture à couper le souffle. Elle tient bien son cap, sa direction est précise et le plus impressionnant est l’énorme réserve de puissance, linéaire et progressive ; vous effleurez l’accélérateur et, avant de vous en rendre compte, vous avez dépassé les limites légales ». Il soulignait aussi le confort exceptionnel des sièges, l’excellente visibilité et le système d’air conditionné discrètement rapporté, assurant par tous les temps le confort du conducteur et des passagers.

La Continental Type R offre à la fois des performances élevées et civilisées, une boîte de vitesse au maniement doux et une tenue de route réactive, ce qui en fait une voiture aussi plaisante à conduire qu’à regarder. Il s’agit d’une automobile mêlant luxe et sport, offrant une finition haut de gamme et, aujourd’hui, c’est la plus identifiable et appréciée de toute la gamme Continental. C’est tout simplement le modèle que rêve de posséder et conduire tout passionné. L’exemplaire que nous proposons ici, avec sa carrosserie unique et belle, son historique connu et sa présentation impeccable, est une opportunité sans égale de voyager sur le continent à bord d’une Continental spéciale.

5 6

1955 Bentley R-Type Continental Sports Saloon by Franay. Estimate €660.000 – €720.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

RM Auctions. Paris. Wednesday, February 4, 2015

Publicités