Mots-clefs

,

1 2

1939 Bentley 4¼-Litre Sports Coupé “Honeymoon Express” by Park Ward. Estimate €600.000 – €725.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

Chassis no. B30MR – Engine no. C8BM – Registration no. FLU 663

126 bhp (29.4 hp RAC), 4,257 cc OHV inline six-cylinder engine with two SU carburettors, four-speed manual gearbox with overdrive, front and rear semi-elliptic leaf springs and hydraulic adjustable shock dampers, and four-wheel mechanical servo-actuated hydraulic drum brakes. Wheelbase: 3,200 mm.

  • Park Ward’s 1938 Earls Court show car; unique coachwork
  • Originally owned by the chairman of Park Ward
  • Full restoration, with original body, chassis, and engine, at a cost of over £350,000
  • Received a RREC Peter Blond Award and 1st in Class in 2011
  • One of the most important “Silent Sports Cars”

Rolls-Royce acquired Bentley Motors from Walter Owen Bentley in 1931 and then struggled for two years to design and build an appropriate car, one that would honour the “W.O. Bentley” sporting and racing heritage. Rolls-Royce and Bentley Motors Works’ manager at Derby, E.W. Hives, CH MBE, headed the team that was tasked with designing the all-new Bentley.

His personal notes read, “Answer to the moods of the driver…be driven fast with safety…tour without fuss and noise…maximum speed should not be obtained at the expense of acceleration…controls, steering, and brakes shall be light to operate, and the braking shall be adequate for a fast car…maximum speed of the car on the road should be 90 mph, 75 mph in third gear”.

The first “Rolls-Bentley”, a 3½-Litre model, was based on the current-series Rolls-Royce 20/25-horsepower chassis, but it was reconfigured to use the 20/25’s 2¾-litre engine. In 1936, the engine output was increased to 4¼ litres by using the Rolls-Royce 25/30-horsepower engine and chassis, but it came with a higher compression ratio (6.8:1 compared to 6:1), and the Rolls-Royce Stromberg downdraft single carburettor was substituted by dual SUs. The result was a fast, silky, exciting car that soon became known as the “Silent Sports Car”.

THE ORIGINAL “HONEYMOON EXPRESS”

Chassis number B30MR, one of the most famous “Derby Bentleys”, was displayed by Park Ward at the Earls Court Motor Show in London in 1938. The unique car, affectionately named “The Honeymoon Express”, was one of the few true two-passenger cars built on the 4¼-Litre platform. It came with space behind the seats, which was used for luggage rather than another pair of adults, hence the nickname. It was intended to carry two people comfortably for long distances and was constructed on an “MR” series chassis, with fixed radiator shutters, a rearranged dashboard with a more sporting layout, 17-inch wheels, a Marles steering box, and, most prominently, an overdrive transmission. This special two-seater fixed head coupé was intended to challenge the contemporary Mercedes-Benz 540 K as the businessman’s high-speed transcontinental express.

As a show car, it was lavishly outfitted with bespoke features, including a “sunshine roof”, frameless Triplex side windows with mechanical lifts, an illuminated number plate with reverse and brake lights, cigar lights, deluxe wheel discs and bumpers, and uniquely designed rear wheel spats. A particularly racy feature, especially for a “honeymoon” car, was the power-operated blind for the rear window.

The sleek, close-coupled sports coupé was a showstopper; in fact, the chairman of Park Ward was so smitten with it that it became his personal car. Later, during World War II, it was used by London Rolls-Royce dealer R.A. Robertson, who had it painted in camouflage in a successful effort to avoid German bombs. The car passed during the 1960s to Maurice Richmond, who is thought to have purchased the car while on active duty for the U.S. military in England. Richmond used the car regularly, including whilst attending a Bentley Pageant at Goodwood with the Bentley Drivers Club in 1967. The car was then imported stateside on MS Brasilia, and it arrived in Los Angeles on 11 July 1967. Richmond would keep the car until 2002, when it was acquired by noted Rolls-Royce specialist Charles Crail, of Santa Monica. Soon thereafter, the car would return to the UK and undergo a comprehensive restoration.

Under the current custodianship, the car was restored to concours condition from 2006 to 2011. Invoices on file document the entire process, at a cost of over £350,000. As the owner has maintained a rather comprehensive file, interested parties are advised to browse the documentation on site. Since the completion of the restoration, this stunning Bentley has only been shown twice. It won its class, as well as the Peter Blond Award, at the 2011 RREC. The car was also invited on the Louis Vuitton Classic Serenissima Run in 2012, where it was awarded the Coachbuilders, Golden Age prize. Since then, the car has been steadily maintained to the highest standards by marque specialists at Alpine Eagle.

This exceptionally well known Bentley has been featured in numerous publications, beginning with a listing on page 114 of Stanley Sedgwick’s essential reference All The Pre-War Bentleys As New, which validates that the original engine and registration number are those still present with the car today. Noted Bentley specialist Johnnie Green included a photograph of the car on page 202 of Bentley: Fifty Years of the Marque. Additionally, the car was featured on page 120 of Bentley: The Silent Sports Car, 1931-1941 by Michael Ellman-Brown, as well as on page 22 of Bentley Beauty: The Art of the Coachbuilder on the Derby Bentley, 1933-1940 by Neill Fraser and Tomas Knapek.

Documented, complete, and unmolested “Derby Bentleys” with their original engines and coachwork and the most desirable overdrive chassis are highly sought after by enthusiasts. The car shown here, an authentic coachbuilder’s show car with a one-off body bearing numerous fascinating features, is certainly amongst the most dramatic surviving 4¼-Litres and is one of the most historically valuable. For the fortunate new owner, the honeymoon is only just beginning.

3 4

1939 Bentley 4¼-Litre Sports Coupé “Honeymoon Express” by Park Ward. Estimate €600.000 – €725.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

Moteur six-cylindres en ligne, 4 257 cm3, 126 ch (29,4 hp RAC), soupapes en tête, deux carburateurs SU, boîte manuelle quatre rapports avec overdrive, ressorts semi-elliptiques avant et arrière et amortisseurs hydrauliques réglables, freins hydrauliques à tambours sur les quatre roues, servo. Empattement: 3 200 mm

• Voiture exposée par Park Ward au Salon de Londres 1938, carrosserie unique
• A appartenu initialement au président de Park Ward
• Restauration complète de la carrosserie, du châssis et du moteur d’origine, pour plus de 350 000 £
• Prix Peter Blond du RREC et victorieuse de sa catégorie en 2011
• Une des plus importantes « Silent Sports Car »

Après avoir acheté Bentley Motors en 1931 à Walter Owen Bentley, Rolls-Royce s’efforçait au cours des deux années suivantes de mettre au point une voiture qui soit à la hauteur du patrimoine sportif de « W. O. Bentley ». Le directeur de Rolls-Royce & Bentley Motors Works, à Derby, était E. W. Hives, député, qui avait à son actif le moteur aéronautique Merlin et qui allait plus tard devenir le président de Rolls-Royce. Il prenait la tête d’une équipe ayant pour mission de concevoir la toute nouvelle Bentley.

Ses notes personnelles indiquent, « Répondre à l’humeur du conducteur…être conduit rapidement en toute sécurité…voyager sans bruit ni tapage…la vitesse maxi ne doit pas être obtenue au détriment de l’accélération…les commandes, direction et freins doivent être légers à utiliser et le freinage doit être à la hauteur d’une voiture rapide…la vitesse maximum doit atteindre 145 km/h, et 120 en troisième ».

La première « Rolls-Bentley », modèle 3½-Litre, s’appuyait sur le châssis de la Rolls-Royce 20/25. En 1936, la voiture reprenait le châssis et le moteur de la Rolls-Royce 25/30, ce qui permettait à la cylindrée de passer à 4¼ litres, mais avec un taux de compression plus élevé (6,8 : 1 au lieu de 6 : 1), et deux carburateurs SU au lieu du simple Rolls-Royce Stromberg inversé. Le résultat était une voiture rapide, souple et excitante, qui gagnait rapidement le surnom de « Silent Sports Car ».

LE COUPÉ “HONEYMOON EXPRESS”

Une des plus célèbres « Derby Bentley », la 4¼-Litre portant le numéro de châssis B30MR, était exposée par Park Ward au Salon de Londres, à Earls Court, en 1938. Affectueusement surnommée « The Honeymoon Express » (« Express pour lune de miel »), cette voiture unique était une des rares vraies versions deux places produites sur la plateforme 4¼-Litre. Au lieu de recevoir une banquette, l’espace derrière les sièges était aménagé pour les bagages, d’où son surnom. Conçue pour transporter confortablement deux personnes sur de longues distances, elle était fabriquée sur la base d’un châssis « MR », avec des volets de radiateur fixes, un tableau de bord modifié pour présenter une allure plus sportive, des jantes de 17 pouces, un boîtier de direction Marles et — particulièrement précieux — un overdrive sur la transmission. Ce coupé deux places spécial était conçu pour concurrencer les Mercedes-Benz 540 K de la même époque auprès des hommes d’affaires ayant besoin de se déplacer rapidement sur le continent.

S’agissant d’une voiture d’exposition, elle comportait de nombreux équipements spéciaux, dont un toit « sunshine », des vitres latérales sans entourage en Triplex et dotées d’un mécanisme à manivelle, un éclairage de plaque d’immatriculation, un feu de recul et des feux stop, un allume-cigare, des pare-chocs et enjoliveurs de roues de luxe et des volets spéciaux couvrant les roues arrière. Accessoire particulièrement subtil, surtout pour une voiture de « lune de miel », un rideau de lunette arrière était commandé électriquement.

Cet élégant coupé se démarquait par son élégance et, en fait, le président de Park Ward fut tellement séduit qu’il en fit sa voiture personnelle. Plus tard, au cours de la deuxième Guerre Mondiale, il fut utilisé par R.A. Robertson, distributeur Rolls-Royce à Londres, qui le fit peindre en teinte camouflage pour éviter les bombardements. Pendant les années 1960, la voiture passait entre les mains de Maurice Richmond, dont on pense qu’il en fit l’acquisition alors qu’il était en service actif pour l’armée américaine, en Angleterre. Richmond utilisait la voiture régulièrement, participant même en 1967 à une rencontre Bentley à Goodwood, avec le Bentley Drivers Club. Le coupé était ensuite exporté aux États-Unis sur le MS Brasilia et arrivait à Los Angeles le 11 juillet 1967. Richmond le conservait jusqu’en 2002, le cédant alors à Charles Crail, spécialiste Rolls-Royce bien connu et basé à Santa Monica. Peu après, la voiture revenait en Angleterre pour faire l’objet d’une restauration complète.

Entre les mains de son actuel propriétaire, la voiture a bénéficié d’une restauration concours, de 2006 à 2011. Des factures figurant au dossier témoignent de l’ensemble des travaux, qui totalisent 350 000 £. Le propriétaire ayant constitué un volumineux dossier, les acheteurs intéressés sont invités à le consulter sur place. Depuis que la restauration est terminée, cette étonnante Bentley n’a été présentée que deux fois, d’abord au rassemblement du RREC 2011 où elle a remporté sa catégorie ainsi que le prix Peter Blond. Par ailleurs, ce coupé a été invité à prendre part en 2012 au Louis Vuitton Classic Serenissima Run où il lui a été décerné le prix de la catégorie Carrossiers, Âge d’Or. Depuis, cette voiture a été soigneusement entretenue par Alpine Eagle, spécialiste de la marque.

Cette Bentley, exceptionnellement bien connue, a fait l’objet de parutions dans de nombreuses publications, à commencer par le listing de la page 114 de la référence essentielle signée Stanley Sedgwick, All The Pre-War Bentleys As New, ce qui permet de valider que le moteur et le numéro d’immatriculation d’origine sont encore ceux de la voiture aujourd’hui. Johnnie Green, spécialiste Bentley reconnu, a inclut une photo de ce splendide coupé page 202 de Bentley: Fifty Years of the Marque. De plus, la voiture apparaît page 120 de Bentley: The Silent Sports Car, 1931-1941 par Michael Ellman-Brown ainsi que page 22 de Bentley Beauty: The Art of the Coachbuilder on the Derby Bentley, 1933-1940 par Neill Fraser et Tomas Knapek.

Les « Derby Bentley » bien documentées, complètes et bien préservées, avec leur moteur et leur carrosserie d’origine et basées sur le désirable châssis avec overdrive, sont extrêmement recherchées par les amateurs. Celle que nous présentons, authentique voiture d’exposition équipée d’une carrosserie unique et comportant de nombreux équipements étonnants, fait certainement partie des 4¼-Litres les plus spectaculaires, et dont l’histoire est une des plus significatives. Pour le propriétaire chanceux, la lune de miel ne fait que commencer.

5 6

1939 Bentley 4¼-Litre Sports Coupé “Honeymoon Express” by Park Ward. Estimate €600.000 – €725.000 ©2015 Courtesy of RM Auctions.

RM Auctions. Paris. Wednesday, February 4, 2015

Publicités