Étiquettes

, , , ,

46298bc8d0d036c3dd10b37cb1032af1

Ecole lombarde, vers 1525, atelier de Bernardino Luini, Nativité. Estimation 20 000 € – 30 000 €. Photo L’ÉTUDE DE PROVENCE

Panneau de peuplier, une planche, non parqueté. 40,5 x 33 cm.

Au revers une inscription à l’encre (en partie effacée) et plusieurs inscriptions modernes. Panneau aminci, usures et restaurations anciennes. En présence de l’âne et du boeuf, la scène se passe à l’intérieur de l’étable dont le mur éboulé laisse visible à l’arrière-plan un paysage de collines où, dans une atmosphère lumineuse, prend place l’épisode de l’Annonce aux Bergers. Au premier plan, la Vierge agenouillée s’apprête à déposer l’Enfant dans la mangeoire sous le regard méditatif de saint Joseph qui, les mains jointes, se tient debout derrière Marie.

Cette représentation de la Nativité, inédite jusqu’à présent, vient s’ajouter à la série de tableaux de sujet identique et de composition très proche sortis de l’atelier de Bernardino Luini (Luini, lac Majeur ? 1480/1490 – Milan ? 1532) et dont la critique a dressé la liste (Cf. Angela Ottino della Chiesa, Bernardino Luini, Milan 1960 n°8, 11, 62, 186 complétée dans les dernières listes de Bernard Berenson, Italian Pictures of the Renaissance, Central and North Italian Schools, Londres 1968, vol. I. p.227-235 ; et mise à jour dernièrement par Giovanni Renzi et Massimo Romeri, in Bernardino Luini e i suoi figli, exposition Milan, Palazzo Reale, 10 Avril-13 Juillet 2014, n°30-31, p.178-183 ).

Il s’agit des Nativité conservées à Bergame Académie Carrare, n°302 ; Berlin, Staatliche Museen, n° 219, Isola Bella, Palais Borromeo ; Milan, Collection Yucker ; Nouvelle Orléans, Isaac Delgado Museum of Art n°61.77 ; Oakly Park , Collection Comte de Plymouth ; Garscube, collection Campbell en dépôt à la galerie de Glasgow. Hormis l’exemple du musée Delgado (170cm x120cm) toutes ces oeuvres de format rectangulaire et de dimensions très voisines à celles de notre tableau étaient destinées à la dévotion particulière.

Le nombre important de copies connues répondant au même schéma de composition avec quelques variantes, indiquent la popularité de ces oeuvres au ton familier, à la grâce touchante, à l’exécution délicate sorties de l’atelier de Bernardino Luini. Elles reprennent sans doute un original du maître actuellement disparu. Cependant, on peut encore retrouver chez ce dernier certains détails apparaissant dans notre exemple, tels l’attitude de l’Enfant, le motif de la mangeoire tressée, le costume de la Vierge : Bernardino les a décrit dans les diverses fresques du Sanctuaire de la Vierge des Miracles à Saronno vers 1523-1525 : L’Adoration de l’Enfant dans la lunette du portique proche de l’église, la Sainte Catherine dans une niche de l’abside (cf. Bernardino e i suoi figli, itinerari, figs. 283, 251). Notre tableau est une variante simplifiée de celui conservé à Berlin où s’affirme le côté familier de la scène : saint Joseph apparait sous les traits d’un vieillard attendrissant, l’âne s’approche de l’Enfant pour le réchauffer, la présence de la gourde et le bât de l’âne posé à terre qui a remplacé les petits angess’affairant autour de la mangeoire, insistent sur la vie itinérante des saints personnages dont les coloris des vêtements aux tons chauds sont exaltés par la vibration lumineuse de l’ensemble.

Expert : Cabinet Turquin. 01 47 03 48 78.

ETUDE DE PROVENCE – Tableaux anciens, objets d’art.Samedi 18 octobre à 14h30 à MarseilleSCP RIBIERE & TULOUP-PASCAL, 25 rue Breteuil, 13006 Marseille. Tél. : 04 96 11 01 10 – Fax : 04 96 11 01 11 – contact@etudedeprovence.com