Étiquettes

, , , , ,

Saint Jérôme, Atelier de Simon Troger (1683-1768), Allemagne, première moitié du XVIIIe siècle. Photo Marc-Arthur Kohn SVV

Ivoire, buis et verre. H. 25 cm. Lot 42. Estimation : 25 000 € / 35 000 €

Provenance: Succession de Monsieur S.R., Paris

Cette rare statuette en buis et ivoire représente Saint Jérôme, debout, prenant appui sur un tronc d’arbre naturaliste.
Il assure son équilibre en posant un genou sur un lion couché, symbole de ce Père de l’Église, un crâne posé à ses côtés.
Il tient dans une main une pierre qu’il s’apprête à lancer pour se défendre des démons. Dans l’autre, il tenait à l’origine un crucifix.
Le corps du Saint, figuré en vieillard, est en ivoire sculpté et traité avec la plus belle expressivité.
Ses vêtements sont en buis et contrastent avec la blancheur de l’ivoire.
Les yeux du lion et du personnage sont en verre. Simon Troger était originaire d’Abfaltersbach dans l’Est du Tyrol.
En 1727, il devint l’apprenti du sculpteur Schmiedecker puis de Nikolaus Moll à Innsbruck.
Il séjourna en Italie avant de s’installer avant 1726 à Munich où il collabora avec Andreas Faistenberger.
Il fonda ensuite son propre atelier dans la ville de Haidhausen, à quelques kilomètres de Munich.
Il se spécialisa alors dans la réalisation de statuettes mêlant des bois aux teintes sourdes et l’ivoire, utilisant souvent le verre pour les yeux et ajoutant parfois des éléments de métal à ses compositions.
Ses talents artistiques lui valurent les faveurs des plus grands amateurs de l’époque tels les Électeurs de Bavière (Maximilien III Joseph), de Saxe et de Brandebourg.
Il exprime dans ses figures les canons esthétiques du baroque tout en déployant quelques touches de maniérisme qui leur confèrent la plus grande originalité. Au regard de la très belle qualité d’exécution de ce Saint Jérôme, il est très probable que l’artiste qui la réalisa avait une grande connaissance de l’œuvre de Troger et il est même plausible qu’ils aient travaillé ensemble.
Tout l’art de Troger est exprimé dans un groupe figurant Le Jugement de Salomon conservé au Victoria and Albert Museum.
On y retrouve, comme dans notre oeuvre, la même vitalité et expressivité des personnages, le souci du détail et le recours au bois sculpté pour représenter les vêtements.
Le Bayerisches Nationalmuseum possède plusieurs réalisations de Simon Troger comme Samson et le Lion ou encore Caïn et Abel dans laquelle on observe les mêmes qualités plastiques visibles dans notre Saint Jérôme, ainsi que l’utilisation du verre pour les yeux.
Le Kunsthistorisches Museum de Vienne conserve un bronze de la fin du XVIIe siècle attribué à un atelier d’Allemagne du Sud ou vénitien qui reprend fidèlement cette composition de Saint Jérôme. À noter que selon les spécialistes, le prototype de cette position si originale et dynamique du saint agenouillé sur un tronc d’arbre et sur le lion serait d » à l’artiste Georg Petel (1601″02-1635) dans un dessin conservé au Herzog Anton Ulrich Museum de Brunswick.

Marc-Arthur Kohn SVV. Paris, hôtel Le Bristol, mercredi 10 septembre, à 15 h. Tel: +33 (0) 1 44 18 73 00.